Comment obtenir un extrait de casier judiciaire ?

Pour pouvoir devenir avocat, vous avez besoin d'un casier judiciaire vierge

Les plus grands criminels deviennent parfois les meilleurs avocats ! L'expérience pratique est la qualité première d'un bon avocat. Cependant, exerçant une profession réglementée au sein d'un Ordre professionnel, l'avocat ne peut pas se permettre de dérives. En effet, la bonne moralité est une condition nécessaire à l'obtention du CAPA, le certificat d'aptitude à la profession d'avocat.

L'exigence d'un casier judiciaire vierge pour être avocat

Afin de pouvoir prétendre à l'exercice de cette profession, le candidat doit présenter un casier judiciaire vierge. Pour ce faire, ce dernier peut effectuer une demande de casier judiciaire à l'administration du casier national (casier-national.fr) situé à Nantes et vérifié le nombre de condamnations pénales qui y sont portées. Si certaines condamnations apparaissent comme contraires à la bonne moralité ou aux bonnes mœurs, ce dernier ne pourra pas prétendre à l'inscription à l'examen du CAPA, ou encore à l'inscription au barreau.

Devenir avocat quand on a un casier judiciaire

Casier National

Si l'extrait du casier judiciaire est défavorable au candidat à la profession d'avocat, une procédure d'effacement s'impose. Il est en effet possible, lorsque la personne concernée présente une bonne réinsertion et un projet professionnel adéquat et respectable, de solliciter du procureur de la République du dernier lieu de condamnation l'effacement de certaines mentions du casier judiciaire. Après une audience en juridiction, il peut être accordé au justiciable l'effacement de son casier judiciaire b3. Cette décision de justice, qui est une marque de confiance, a pour effet de rendre à nouveau le casier judiciaire du candidat vierge, lui permettant ainsi d'exercer la profession d'avocat.

Une moralité nécessaire à l'exercice de la profession

En privant l'accès au barreau aux candidats ne présentant pas un casier judiciaire vierge, la profession se protège de nombreux désagréments. Ancienne corporation, et toujours organisée selon des règles ordinales, la profession d'avocat se veut respectable et digne de la confiance portée par ses clients. Il n'est donc pas envisageable d'y accepter une personnalité dont le passé pénal est de nature à annihiler toute confiance en ses actes.